La Charte commune paysanne  du MAP, le Mouvement d’Action Paysan / www.LEMAP.be

Monsieur le Bourgmestre, Mesdames, Messieurs les Echevin(e)s, conseillères et conseillers

Vous êtes tous autant que moi convaincus qu’il faut assurer à nos agriculteurs familiaux un avenir, alors que ceux-ci ne se comptent déjà plus que sur les doigts d’une main dans nos villages, écrasés qu’ils sont par l’agro-industrie qui leur impose un système les amenant à la faillite, quand ce n’est pas pire (santé..).

Or de l’agriculture et des méthodes culturales suivies dépendent notre alimentation, notre santé et notre environnement et sa biodiversité qui est dans nos campagnes très mal en point.

Or la production alimentaire locale et saine, sa transformation par des artisans locaux  sont des secteurs  prometteurs pour l’emploi et l’économie dans nos villages

Or nos derniers agriculteurs sont aussi les  « jardiniers » de notre biodiversité

Nos intérêts sont bien communs !

Aussi, nous vous proposons de prendre connaissance ci-dessous des propositions faites dans

 la Charte commune paysanne  (lemap.be) du Mouvement d’Action Paysan (MAP)

Le MAP promeut une agriculture familiale liée à la terre,  se tournant vers des méthodes de production  respectueuses de leur travail, du terroir et des productions. Elle prone l’autonomie alimentaire locale.

Notons au passage que Burdinne possède au min 45 ha de terres et bois communaux, mais probablement plus si l’on tient compte du CPAS, voire des fabriques d’Eglise…

Oui, on peut agir !

 

1er pilier. Autonomie & Résilience

  1. l’arrêt total de l’utilisation de produits chimiques et OGM sur le territoire de la Commune ;
  2. de mettre en place des politiques permettant le maillage écologique sur tout le territoire communal, en favorisant les essences locales et productives/nourricières pour les plantations communales ;
  3. de créer une Régie communale-paysanne qui aura pour objectifs de :

– favoriser le développement de différentes initiatives citoyennes en lien avec l’agriculture durable et la résilience (structure d’échange de semences et/ou de savoirs, des coopératives de producteurs/consommateurs,…) ;

-favoriser l’accès à des locaux gratuits dans le cadre de ces projets ;

– promouvoir et accompagner ce type d’initiative grâce à l’accès à des ressources logistiques, humaines, de gestion et/ou financière ;

– apporter un point de vue sur les projets agricoles au regard des concepts de l’autonomie et de la résilience.

  1. d’initier une réflexion citoyenne sur la mise en place d’une ceinture alimentaire et énergétique communale ;

 

2eme pilier. Accès à la terre, et notamment aux terres communales  (45 ha !)

pour favoriser, notamment, l’installation de jeunes sur des projets agroécologiques paysans

  1. protéger les terres nourricières de l’urbanisation et les affecter unique- ment à une utilisation agricole alimentaire.
  2. mettre à disposition des terres agricoles pour l’autonomie vivrière de ses habitants à travers l’installation de jardins communautaires.
  3. faciliter les démarches d’installation paysanne sur la terre communale

: l’échevin-e de l’agriculture (en liaison avec l’urbanisme et la régie communale paysanne) deviendra alors un relais de la transition agricole en autorisant et en facilitant la domiciliation et l’installation du producteur sur sa terre, y compris en habitat léger.

  1. éditer publiquement la liste des terres et bâtiments communaux.
  2. pour évoluer vers une agriculture résiliente, favoriser l’accès aux terres communales sur base d’un bail
  3. défendre un bail à ferme encadré, public et transparent (sans « chapeau ») et offrir la garantie d’un fermage abordable pour des installations agro écologiques et un usage nourricier à long terme des terres communales.
  4. 7. encourager les contacts entre milieu scolaire et producteurs et éduquer à l’alimentation saine dans les écoles de la commune ; faire des écoles communales un lieu d’apprentissage des bases de l’agriculture paysanne et de l’alimentation.

 

3eme pilier. Alimentation/consommation des productions locales paysannes

 

  1. soutenir la création de nouveaux marchés (Groupe d’Achats en Commun, marché,…)(par exemple publicité gratuite sur le territoire de la commune) et aux structures de transformation.
  2. Créer chaque année une « Journée de la commune paysanne » au cours de laquelle tous les habitants de la commune et toutes les structures communales sont invitées à consommer bio et local (ou dans le cadre de la Semaine Bio) :

promouvoir la  consommation de produits locaux paysans dans les collectivités communales (écoles, maisons de repos,…) et lors d’activités organisées par la Commune ;

– adapter les appels d’offre aux réalités des paysan-ne-s, en partant de critères comme la proximité et l’agroécologie et de l’offre des producteurs ;

– mettre en place un outil de coordination entre les collectivités (crèche, école, home, administration) et les groupements de producteurs ;

soutenir  financièrement les cuisines des collectivités pour qu’elles soient aptes à transformer des produits frais ;

former le personnel de cuisine pour que celui-ci puisse transformer des produits frais.

 

4eme pilier. Politique Agricole Alimentaire Communale

A court terme :

  1. Faciliter l’accès des petits producteurs aux marchés publics avec des critères de proximité et qualité
  2. Décourager le hors-sol : vaches, porcs, poules,
  3. Encourager la vente directe, les halls-relais, les lieux de transformation,

par des incitants financiers ou soutiens.

  1. Suppression des aides pour les projets de classe 1 (CCAT) 1
  2. 5. Interdire de produire sur la commune des biens alimentaires qui pour- raient servir à faire des agro-carburants de 1ère génération.
  3. 6. Déclarer que sa commune est hors CETA,TTIP, MERCOSUR, et contre tout autre traité menaçant notre agriculture.
  4. Soutenir les porteurs de savoir-faire paysan.
  5. 8. Faire la promotion des paysages sous-régionaux et soutenir la (re)

plantation de haies, d’arbres fruitiers.

  

Considérant ce qui précède, je vous propose de

– de créer un groupe de travail à ce propos, ouvert à tous.

– vous prononcer par votre vote d’accorder un soutien communal de principe à cette charte

– de demander que cette charte soit intégrée dans les objectifs prioritaires du Parc Naturel Burdinale Mehaigne (PNBM)  qui a déjà reçu de ma part cette demande

– de prévoir d’accorder au PNBM, en concertation avec les 3 autres communes du Parc, des moyens significatifs pour aller dans le sens des propositions faites par le MAP

 

Je vous remercie pour votre écoute.

Vote 

François Renard, Conseiller communal ECOLO Oteppe

 0499 35 93 66 / 085 71 46 06  renard.francois@hotmail.com

Retrouvez nos propositions en conseil sur  https://burdinne.ecolo.be/

 https://www.facebook.com/Ecolo-Burdinne

Share This